fbpx

Mes débuts dans les confitures

Ou comment mettre l'été en petits pots sucrés
Une quantité de cerises pour faire ses confitures
© Unsplash

Spoiler alerte : j’ai raté mes premières confitures mais je t’explique pourquoi. 

Mes premières confitures

Pour moi, celles et ceux qui faisaient des confitures étaient les grands-parents, bref il fallait être vieux. Je ne m’explique pas pourquoi j’avais cette (mauvaise) image. Mais ça c’était avant ! Avant que je ne m’intéresse au gaspillage alimentaire. Alors cet été, c’est décidé : je fais mes premières confitures. 

Des exquises cerises

La semaine dernière, je suis revenue du marché avec un cageot de cerises. J’ai commencé par un clafoutis mais il restait beaucoup de cerises et ces dernières allaient vite se gâter. Alors ni une ni deux, je me suis lancée dans mes premières confitures car c’est un bon moyen de conserver un peu d’été. Je me suis donc documentée et j’ai regretté de ne pas avoir regardé mon grand-père concocter ses délicieuses confitures de mûres quand j’étais petite. Bref, direction internet, recherche : recette confiture de cerise facile.

Lost in the stérilisation

Je découvre qu’il faut d’abord stériliser les bocaux. L’opération a l’air simple, mais il me faut d’abord des bocaux. J’en trouve 3 mais cela sera-t-il suffisant ? Et me voilà partie dans des calculs : si on a 3 kilos de cerises et qu’on a 3 bocaux, combien de grammes de cerises tiendront dans un bocal ? Je vais chercher sur le net et quand je reviens dans la cuisine, je pèse les cerises : il y en a 2,5 kilos, c’est bizarre tout à l’heure j’avais pesé 3kg… Pas grave, je me lance, on verra bien. Je suis à la lettre le mode d’emploi : Dans une grande casserole, immergez vos pots et comptez 10 min à partir de l’ébullition. Laissez-les sécher, retournés sur un linge propre… L’aventure de mes premières confitures ne s’annonce pas simple.

La stérilisation me fait un peu peur : je n’ai pas de thermomètre… est-ce que l’eau est suffisamment chaude ? Je plonge un bocal, il se casse. Stoppée net dans mon élan, je repars à la recherche d’infos et je découvre qu’il y a 2 sortes de stérilisations :

  1. La traditionnelle : on verse la confiture ou autre dans les pots, jusqu’à 5 mm du bord – et me voilà avec une règle pour calculer et marquer la distance. On essuie les bocaux avec un torchon propre, on les ferme et on les plonge dans une grande marmite, puis on les couvre d’eau. Il faut au moins 2,5 cm d’eau au-dessus des pots. Puis on porte à ébullition et on met un couvercle. Si leur contenance est de 25 cl, on compte 15 min ; pour 50 cl, on compte 20 min. Puis, on enlève le couvercle de la marmite et on patiente 5 min avant de sortir les bocaux de l’eau. Laisser refroidir 24 heures à température ambiante avant de les stocker.
  2. L’option « flash », qui est recommandée pour les chutneys et confitures. Attention, elle n’est valable que pour des bocaux à vis. On verse notre préparation bien chaude jusqu’à ras bord, on visse, on retourne et on laisse refroidir. À l’ouverture, il y aura un petit « clac » ou « pop », c’est signe d’une stérilisation flash réussie.  

Donc je choisis l’option flash. De retour dans la cuisine, la quantité de cerises me semble de plus en plus petite mais je continue et au bout de trente minutes mes 2 bocaux sont stérilisés… mais je n’ai pas encore préparé mes confitures 😟

La quantité ou la qualité ? 

Et c’est parti pour la recette : il me faut 3kg de cerises et 1,5kg de sucre en poudre. Je pèse le sucre : mince je n’en ai pas suffisamment ! Je pèse les cerises : 2kg …  alors là ça devient plus que bizarre. Je vais chercher du sucre et en chemin je réfléchis : 1,5kg de sucre ça fait beaucoup non ? La prochaine fois, je tenterai une recette avec moins de sucre. 

La prochaine fois … ça sera demain ! 

En effet, en revenant à la maison, je suis accueillie par un jus de cerise préparé par ma fille. Le mystère de la disparition des cerises est enfin résolu : c’est elle qui depuis le début de l’après-midi mangeait les cerises et a décidé in fine d’en faire un jus, délicieux d’ailleurs.

Bref la confiture ça sera pour la semaine prochaine. 

Les bonnes infos pour faire ses premières confitures

En attendant, je me documente sur les trucs à savoir avant de se lancer dans les confitures : 

  • Le matériel : une balance ; une cocotte en Inox ; une cuillère en bois ; une écumoire ; une louche 
  • La gélification : la pectine des fruits associée au sucre rajouté permet une bonne gélification. On peut rajouter un jus de citron pour aider certaines confitures à se gélifier (notamment pour les fruits ayant peu de pectine comme la figue et la rhubarbe).
  • Les fruits : pour préparer et cuire rapidement la confiture, on choisit des fruits mûrs mais intacts. 
  • Le sucre : le sucre cristal est une valeur sûre. Le sucre roux parfume plus et donne une jolie couleur ambrée. Mais il existe des sucres spécifiques (ex. : Confisuc) et des aides culinaires (ex. : Vitpris). 
  • La stérilisation : on n’oublie pas de stériliser aussi les couvercles.
  • DLC : à consommer dans l’année et à conserver au frigo 5 jours environ après ouverture.

Et pour passer à l’action, découvre aussi les tutos WAG pour mettre tes fruits et légumes en pot : clique ici pour découvrir la lacto-fermentation ou rendez-vous dans l’application pour savoir comment les mettre en conserve.