Maintenant, car après il sera trop tard

Ensemble, mettons fin à l'effondrement de la nature

D’après-toi, combien d’espèces sont menacées de disparition ? Réponse, un million d’espèces. Dans son rapport publié lundi 6 mai 2019, fruit de 3 ans de travail et faisant la synthèse de milliers de publications scientifiques, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) préviens que les espèces n’ont jamais disparu à un rythme si rapide, qui est aujourd’hui 100 à 1000 fois supérieur à celui connu au cours des temps géologiques.

Déforestation, utilisation massive de pesticides, dégradation des sols, surpêche, émissions de CO2, pollutions plastiques : jamais l’impact de l’Homme sur la planète n’a été si fort et généralisé. Aujourd’hui, seulement un quart des surfaces terrestres et moins de la moitié des océans ne subissent pas encore l’impact des activités humaines. A titre exemple, l’humanité a détruit 85% des zones humides par rapport à l’ère préindustrielle.

Pourtant, et le rapport nous le rappelle, la biodiversité nous permet de vivre et assure la stabilité de nos sociétés à travers les services qu’elle nous rend : les océans et les forêts nous fournissent l’oxygène que nous respirons, les mangroves et récifs coralliens nous protègent des tempêtes et de l’érosion côtière, les pollinisateurs fournissent 35 % de la consommation alimentaire mondiale, pour ne citer que quelques exemples.

C’est le moment d’agir, ensemble !

Nous avons tous le pouvoir d’arrêter de détruire la nature et c’est même nécessaire pour notre survie. Pour cela, des actions fortes sont nécessaires. « Le rapport nous dit aussi qu’il n’est pas trop tard pour agir, mais seulement si nous commençons à le faire maintenant à tous les niveaux, du local au mondial », prévient le président de l’IPBES, Sir Robert Watson, avant d’ajouter : « Grâce au « changement transformateur », la nature peut encore être conservée, restaurée et utilisée de manière durable »– ce qui est également essentiel pour répondre à la plupart des autres objectifs mondiaux. »

Pour donner plus de force à notre « pouvoir transformateur », passe à l’action et inscris-toi au groupe WAG « Ensemble pour la planète » ! En rejoignant ce groupe, tu pourras demander aux décideurs du monde d’agir en t’inscrivant au défi « S’inscrire sur ‘Nos voix pour la planète’ pour interpeller des décideurs du monde »

Tu peux aussi t’inscrire lutter contre les 5 menaces directes qui pèsent sur la nature et sur l’homme en lisant ces articles et en passant à l’action :

1. Challenge #EnsemblePourLaPlanete : les gestes pour protéger les milieux naturels (cliquer sur le lien)
2. Challenge #EnsemblePourLaPlanete : les gestes pour lutter contre la surexploitation (cliquer sur le lien)
3. Challenge #EnsemblePourLaPlanete : les gestes pour lutter contre le changement climatique (cliquer sur le lien)
4. Challenge #EnsemblePourLaPlanete : les gestes pour lutter contre la pollution (cliquer sur le lien)
5. Challenge #EnsemblePourLaPlanete : les gestes pour lutter contre les espèces invasives (cliquer sur le lien)

Alors, suis-nous et passe à l’action. Ensemble, nous sommes la solution !

Les points clés du rapport :

5 menaces pèsent particulièrement sur la Nature et sur l’Homme: les changements d’usage des terres et de la mer, l’exploitation directe de certains organismes, le changement climatique, la pollution et les espèces exotiques envahissantes.
– Depuis 1900, l’abondance moyenne des espèces locales dans la plupart des grands habitats terrestres a, en général, diminué d’au moins 20 %.
– Le nombre d’espèces exotiques envahissantes par pays a augmenté d’environ 70 % depuis 1970, dans les 21 pays qui ont présenté des données détaillés.
– Depuis 1980, les émissions de gaz à effet de serre ont été multipliées par deux, provoquant une augmentation des températures moyennes mondiales d’au moins 0,7 degré Celsius.
– A eux seuls, les insectes représentent plus des deux tiers de l’ensemble des espèces (5,5 millions) et que 10 % d’entre elles sont jugées menacées.
Plus de 40 % des espèces d’amphibiens, près de 33 % des récifs coralliens et plus d’un tiers de tous les mammifères marins sont menacés
– Plus 1/3 de la surface terrestre du monde et près de 75 % des ressources en eau douce sont maintenant destinées à l’agriculture ou à l’élevage
– Les zones urbaines ont plus que doublé depuis 1992
– La dégradation des sols a réduit de 23 %la productivité de l’ensemble de la surface terrestre mondiale
– La pollution par les plastiques a été multipliée par dix depuis 1980