Le Mag

Portrait engagé : Greta Thunberg

Un portrait engagé pour s'inspirer
Portrait engagé : Greta Thunberg
© Greta Thunberg en couverture du Time, nommée « personnalité de l’année » en 2019

Vous avez sûrement déjà aperçu son visage. Entendu son nom quelque part. Observé son visage en colère. Il est difficile de passer à côté du phénomène Greta Thunberg. Pasionaria des combats pour l’environnement, la jeune activiste suédoise est une engagée à (re)suivre. Nous dédions cet article à la jeune génération. WAG a décidé de retracer les prémices et évènements marquants d’un activisme qui bouscule.

15 hivers

Tout commence alors qu’elle n’a que 15 ans. Greta Thunberg est alors lauréate d’un concours d’écriture sur le climat à destination des jeunes en Suède. Dans ses écrits, elle se confie sur sa peur du réchauffement climatique, sentiment partagé par de plus en plus d’adolescents qui souhaitent agir et la contactent. Ensemble, ils souhaitent se mobiliser pour lutter contre le réchauffement climatique. Durant l’été 2018, ils protestent devant le Parlement suédois contre l’inaction du gouvernement face au changement climatique.

« Vous dites que vous aimez vos enfants plus que tout, mais vous détruisez leur futur devant leurs yeux ». Le discours tenu par Greta Thunberg lors de la 24e réunion des pays de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, tenue à Katowice en Pologne, ne peut être plus limpide. La militante écologiste appelle à une grève scolaire pour le climat (Skolstrejk för klimatet).

La machine est lancée.

Le mouvement s’étend au-delà des frontières et des manifestations fleurissent un peu partout dans le monde. C’est plus d’un million d’étudiants qui se mobilisent et rejoignent le mouvement lancé par Greta.

Figure de proue de toute une génération de jeunes militants du monde entier pour l’environnement, Greta Thunberg devient le visage de l’activisme pour la justice climatique.

La jeune génération, en droit de demander des comptes aux « adultes »

En septembre 2019, Greta Thunberg se rend au sommet des Nations Unies sur l’action climatique. Pour éviter de prendre l’avion, elle navigue par les eaux pour traverser le globe. Le message est déjà fort, mais ce n’est pas fini.

Devant les responsables politiques du monde entier, la jeune lycéenne alors âgée de 16 ans proteste. « Je ne devrais pas être là, je devrais être à l’école, de l’autre côté de l’océan », « How dare you? » (« comment osez-vous ? ») demande-t-elle à l’ancienne génération qu’elle accuse d’avoir « volé ses rêves et son enfance avec des paroles creuses ».

Descendue de l’estrade, et avec 15 autres mineures, elle intente une action juridique auprès du comité des droits de l’enfant contre cinq pays pollueurs ayant ratifié la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant : France, Allemagne, Argentine, Brésil, Turquie.

Sur les réseaux sociaux, elle déclare : « il nous faut une nouvelle façon de penser. Le système politique que vous, les adultes, avez créé n’est que compétition. Vous trichez dès que vous pouvez car tout ce qui compte, c’est de gagner. Nous devons coopérer et partager ce qui reste des ressources de la planète d’une façon juste. »

Une reconnaissance internationale

Depuis, Greta Thunberg parcourt l’Europe pour interpeller les responsables politiques à prendre des actions concrètes pour le climat : Parlement britannique, Assemblée nationale en France… Peu de gouvernements n’ont pas entendu ses protestations. Âgée aujourd’hui de 19 ans, elle est devenue une figure de proue et symbole de toute une génération de jeunes militants engagés pour la justice climatique.

Son engagement est reconnu mondialement. Au cours de quatre années de militantisme, elle fait la couverture du Time, qui lui décerne la distinction de personnalité de l’année. Forbes la classe dans la liste des 100 femmes les plus influentes au monde. The Guardian se réfère à son activisme comme « l’effet Greta Thunberg ». L’Obs sous-titre « qu’elle soit considérée comme une icône providentielle ou comme l’actrice d’une mascarade sinistre, Greta Thunberg suscite l’emballement émotionnel ».

Une adolescente de 15 ans qui s’adresse aux responsables politiques du monde entier en leur reprochant leur inactivité en faveur du climat, c’est sûr que ça ne s’oublie pas.

Chez WAG, nous sommes convaincus que la jeune génération est actrice d’un changement positif pour la justice sociale et environnementale.

Greta Thunberg, si elle peut être décriée dans certains médias, est un exemple d’engagement et de militantisme et ça, on l’applaudit.

Chaque mois, nous mettons en avant le parcours d’un « portrait engagé » pour inspirer et nous engager toujours plus pour protéger notre environnement.

Pour découvrir d’autres portraits engagés, c’est par ici.