Le Mag

Portrait engagé : Vivienne Westwood

Un portrait engagé pour s'inspirer
Portrait engagé : Vivienne Westwood
© Vivienne Westwood par @anxxquinn

À 80 ans, « l’enfant terrible de la mode » et icône des années 70 en Grande-Bretagne est devenue une pionnière d’une consommation plus responsable. Grande dame de la mode ayant revisité le punk aux tonalités britanniques, Vivienne Westwood est aussi (et surtout) une activiste engagée pour la planète et la justice sociale. Une green attitude saisissante, dont les prises de parole et les actions sont tout, sauf conformistes. 

Pour une designer de mode à la tête d’une entreprise dont le chiffre d’affaires dépasse les millions, inciter à porter plusieurs fois les mêmes vêtements est peu commun. Aujourd’hui, WAG fait un tour d’horizon des prises de position de Vivienne Westwood en faveur de l’environnement. 

L’hypothèse Gaïa

C’est d’abord la rencontre d’un concept en 2008 et les prémisses d’une découverte qui insuffle un changement à la désigner britannique. Dans les années 90, le scientifique James Lovelock aborde l’hypothèse selon laquelle la Terre serait semblable à un être vivant. C’est l’hypothèse Gaïa : le monde fonctionne comme un être vivant, l’ensemble des habitants de la Terre sont ses organes. « Tout est connecté ». 

Cette image saisissante, Vivienne Westwood en fait sienne. C’est le début d’un engagement personnel plus poussé pour la cause environnementale et le début de son journal digital « Climate Revolution ». Sa plateforme collabore avec un certain nombre d’ONG. Elle s’engage notamment auprès de Cool Earth pour la survie des forêts tropicales ou de Greenpeace pour sauver l’Arctique. 

Cet engagement, elle le nourrit en se renseignant toujours davantage sur les enjeux de notre planète, en mobilisant son audience, en utilisant les outils de notre temps pour faire passer des messages forts (réseaux sociaux, blogs, défilés, manifestations) pour sortir d’une économie de consommation fondée sur l’exploitation des ressources naturelles. 

« Buy less, choose well, make it last »

Devenu son slogan, Vivienne Westwood invite à une consommation responsable des ressources planétaires, animales comme végétales : « achetez moins, choisissez mieux, faites que ça dure ».

À la tête d’une maison de haute couture, elle œuvre pour ouvrir la voie d’un changement de l’industrie, montrer l’exemple en utilisant des matières recyclées, sourcées, écologiques, et en refusant d’en utiliser certaines (comme la fourrure). Surtout, elle est reconnue pour ses prises de position et ses actions qui éveillent et restent en mémoire : défilés aux allures de manifestation, boutique rue du Faubourg-Saint Honoré à Paris, devenue galerie d’art et lieu d’exposition des œuvres de César Bardoux, connu pour ses toiles aquatiques, vente de gourdes en collaboration avec 24bottles pour inciter à l’abandon du plastique, lever le drapeau contre la fracturation hydraulique…

Les démonstrations qui nous ont marquées 

  • En 2009, elle nomme un de ses défilés « + 5 degrés ».
  • En 2012, à Londres, au cours de la cérémonie de clôture des jeux paralympiques, Vivienne Westwood apparaît en Boadicée, commandante militaire reine des anciens Bretons d’Angleterre, droite sur un chariot enflammé, bâti avec des matériaux de récup. Enroulée dans une robe de 7 mètres de long, les mots Climate Revolution sont cousus à l’envers de celle-ci. Son mari Andreas et son fils Joe brandissent des lances et soulèvent la robe, laissant apparaître les mots activistes : Hello Climate Revolution. 
  • En 2013, elle tient un défilé « Save the Arctic » (sauvons l’Arctique), qui devient une campagne, relayée par un panel de célébrités (George Clooney, Kate Moss etc.) en collaboration avec Greenpeace. 
  • Plus tard à Milan, elle proteste contre l’élevage industriel « Farms, Not Factories » (fermes, pas usines)
  • En 2016, elle publie un livre engagé Get a life !, un condensé de réflexions et de pistes d’actions. 
  • En 2017, elle s’associe avec le British Fashion Council (BFC). Aux côtés du Maire de Londres, elle prône la « Positive Fashion Initiative » afin de fédérer l’industrie de la mode autour d’un projet environnemental ambitieux. Un exemple pour la nouvelle génération de créateurs engagés.
  • En 2018, pour ses engagements, elle reçoit le Swarovski Award for Positive Change à l’occasion des British Fashion Awards. 

Que retient-on de l’activisme de Vivienne Westwood ?

Que l’action n’est jamais mieux menée que par soi-même. Œuvrer pour changer de modèle économique et industriel est un combat de longue haleine. Nous, on applaudit toutes les initiatives défendues par l’activiste de 80 ans et on guette les prochaines ! 

Chez WAG, notre mission est d’informer, de faire sourire, et de faire découvrir des portraits d’hommes et femmes engagés pour notre planète. 

Ça te donne envie de t’engager pour protéger la nature ? Télécharge notre application WAG – We Act for Good, pour construire ensemble un monde meilleur.

Et pour découvrir d’autres portraits engagés, c’est par ici.