Le Mag

La mobilité durable, version vélo-boulot-dodo

Se déplacer, sans polluer
La mobilité durable : qu'est-ce que c'est ?

La mobilité durable c’est se déplacer en cherchant à diminuer l’impact des moyens de transport utilisés, pour le bien de l’environnement. 

Observer ses comportements lors de ses déplacements professionnels est un bon moyen d’améliorer ses modes de transport et tendre vers des circulations meilleures pour la planète. Notre quêtePour aller au boulot”, à découvrir sur l’application WAG, t’offre quelques pistes pratiques et simples pour changer ses habitudes. Dans cet article, on a souhaité aller plus loin et décrypter la mobilité durable et les alternatives possibles. C’est parti !

Ça roule toujours pour la voiture

Tous les dix ans, l’Insee publie son rapport sur le déplacement des Français. Sans surprise, le dernier, en date de 2019, pointe la voiture comme le transport le plus privilégié des Français.  

Selon l’ADEME, plus d’un milliard de voitures circulent sur Terre. Sur les 121 millions de tonnes de CO2 émises par le secteur des transports en 2018, la voiture en est responsable à 54 %. Pourtant, en ville, 40 % des trajets quotidiens effectués en voiture font moins de 3 kilomètres alors qu’ils sont deux fois plus polluants qu’un trajet de plus grande distance. Les raisons ? Un moteur froid qui surconsomme pour se réchauffer, des arrêts et redémarrages fréquents, etc. On constate également en France que  37 % de ménages sont multi-motorisés (c’est-à-dire qu’ils possèdent au moins deux voitures).

Ainsi, la voiture représente 63 % des trajets quotidiens, devant la marche (24 %), les transports en commun (9 %) et le vélo (3 %).

Pourquoi utilise-t-on encore autant la voiture ?

Une offre de déplacement et de transports en commun distendue, ainsi qu’une mauvaise desserte, font de la voiture le moyen de transport privilégié pour 70 % des habitants d’une zone rurale contre 54 % des habitants d’une zone urbaine. En vivant dans une grande ville, l’offre des moyens de transport s’accroît et tend à réduire le recours à la voiture. Aussi, selon le même rapport de l’Insee, les 10 % les plus modestes utiliseraient davantage le vélo que les 10 % les plus riches, gros fervents de la voiture.

Face à l’utilisation toujours accrue de la voiture individuelle, des alternatives sont possibles. Selon la durée de ton trajet et le lieu de ton habitation/travail, le transport doux ou la multimodalité (combiner différents moyens de déplacement, par exemple la marche puis le bus) sont des alternatives positives. Zoom sur les transports doux et nos conseils pour se déplacer sans carbone.

Un transport doux, c’est quoi ?

On se réfère communément à ce que l’on appelle « transports doux » pour désigner les moyens de transport sans moteurs, qui ne génèrent pas de pollution et, de fait, pas de gaz à effet de serre. Cela comprend la marche, le vélo, la trottinette, le skate, le roller ou en dernier lieu les transports en commun, et les vélos et trottinettes électriques. Alors oui, en ayant recours à des transports doux, on réduit notre empreinte carbone mais cela permet également de faire des économies, pratiquer une activité sportive, améliorer la vie et le bien-être. 

  • Pour les déplacements courts (jusqu’à 2 km, soit 30 minutes de marche)

C’est le premier kilomètre en voiture qui pollue le plus, alors il vaut mieux privilégier la marche, le vélo et les transports en commun ! 

8 kilomètres de vélo 4 jours par semaine évitent 3 220 kilomètres de voiture, soit 380 litres d’essence, soit 750 kg d’émissions de gaz à effet de serre. A titre de comparaison, ça représente 40 jours de chauffage au gaz.

  • Pour les déplacements d’une durée moyenne 

Cœur sur les transports en commun plutôt que la voiture. Un bus peut transporter l’équivalent de 45 voitures. Selon les chiffres de lADEME, un tramway émet 62 fois moins de CO2 qu’une voiture et le métro 54 fois moins. 

  • Pour les déplacements longs 

BONJOUR LE TRAIN, bye bye l’avion ! Si nous sommes de plus en plus nombreux à limiter nos voyages dans les airs (voire à les supprimer), les vols aériens représentent bien le summum de la pollution. En 2019, le monde a atteint le record journalier de vols avec 230 409 vols, soit une augmentation de 13 % par rapport à 2018. Il y a les humains, mais également les marchandises qui se déplacent en avion. Ces dernières années, le trafic de fret aérien à augmenté de près de 10 %. Plus généralement, le déplacement des marchandises dans le monde représente plus de 40 % des émissions du secteur des transports. Oui, ça aussi ça fait réfléchir, d’où l’importance de consommer local !

Les meilleures astuces WAG pour une mobilité durable

Chez WAG, on sait que notre communauté fait déjà de son mieux au quotidien. On est si fier d’être devenu le coach qui vous pousse à aller encore plus loin !

On sait que nous ne sommes pas tous égaux face à la mobilité selon l’endoit où on habite ou notre budget. La première chose que l’on souhaite vous dire est : faites de votre mieux 💚

D’abord, les transports doux

Avant de prendre le guidon de ta voiture lors de ton prochain trajet, interroge-toi sur les alternatives qui existent. On te fait la checklist du départ, qui peuvent être combinés : 

  1. La marche
  2. Le vélo ou d’autres moyens de transport doux : trottinette, skate, roller, etc.
  3. Les transports en commun

NB : on sait que le vélo en heure de pointe, ça peut parfois faire un peu peur. Que tu habites dans une grande ville ou en campagne, les infrastructures ne sont pas toujours là pour faciliter nos trajets. On recommande l’application Géovélo, une application française qui propose les meilleurs itinéraires pour se déplacer (aménagements cyclables, voies à faible circulation).

Les astuces pour mieux utiliser sa voiture

Dans le cas où la voiture semble être le seul moyen de déplacement possible, alors tu peux envisager : 

  • Le covoiturage : partager son véhicule avec d’autres passagers qui effectuent le même trajet. Une pratique de covoiturage répandue permettrait de réduire le trafic de 5 % à 10 %. 
  • L’autopartage : utiliser un véhicule qui n’est pas le tien (mais qui est déjà en circulation). Toujours selon l’enquête de l’ADEME, une entreprise qui favoriserait l’autopartage permettrait de réduire de 30 % environ son nombre de véhicules de fonction en économisant en moyenne 200 kg de CO2 par an et par personne. 

 Au-delà de l’impact environnemental, ces deux pratiques sont aussi bénéfiques sur le portefeuille et sur le trafic. Eh oui, moins de personnes seules dans leur voiture = moins de voitures sur la route, et donc aussi plus de places pour se garer.

Et en entreprise ?

Par ailleurs, cela semble encore aujourd’hui peu connu, mais il existe ce que l’on appelle le forfait mobilités durables, anciennement indemnité kilométrique vélo

Il s’agit d’une prise en charge (facultative) par l’employeur « de tout ou une partie des frais de transport personnels entre le domicile et le lieu de travail (frais de carburant, frais engagés pour l’alimentation de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hydrogène) jusqu’à 600 € par an. » En gros, tes indemnités sont calculées en fonction du nombre de kilomètres que tu parcours chaque jour pour te rendre au travail. Go demander à ton employeur les justificatifs à fournir pour en bénéficier !

On espère que ce nouvel article t’a permis d’en savoir plus sur la mobilité durable. 

Retrouve notre quête « Pour aller au boulot » dans l’application et avance à ton rythme vers une mobilité plus durable !