Le Mag

Le gaspillage alimentaire : à la poubelle !

Comprendre le gaspillage alimentaire et changer ses habitudes
Gaspillage alimentaire : les astuces

Faire attention à son alimentation passe aussi par son assiette ! En France, le gaspillage alimentaire est encore bien présent et représente près de 10 millions de tonnes de nourriture par an (aussi bien pour le consommateur que pour les restaurants, ou les magasins de distribution). Selon l’ADEME, pour un particulier, cela représente 30 kg par personne par an, soit l’équivalent d’un repas par semaine gaspillé. Dans le monde, cela représente près d’⅓ des aliments produits sur l’ensemble de la planète qui sont gaspillés (1,3 milliards de tonnes de nourriture perdue).

Le gaspillage alimentaire signifie qu’un produit comestible est jeté ou perdu avant d’avoir été consommé. En réalité, le gaspillage ne se résume pas au seul produit. L’ensemble des ressources ayant participé à sa production se voient elles aussi, gaspillées.

Les différentes étapes du gaspillage alimentaire 

Dans les grandes chaînes de production, un aliment vit déjà plusieurs vies avant d’arriver dans notre assiette : production (32% de gaspillage), transformation (21%), chaîne d’approvisionnement, stockage et distribution (14%) et enfin, la consommation (33%). 

Si un grand nombre de mesures peuvent être mises en place pour réduire le gaspillage sur l’ensemble de la chaîne de production, nous pouvons nous aussi mettre fin au gaspillage dans notre quotidien. 

Pourquoi on gaspille ? 

Souvent involontaire, le gaspillage alimentaire résulte d’un certain nombre de mauvaises pratiques : on achète tout ce qu’on veut lors des courses, produits moches délaissés, confusion des dates de péremption, restes de repas jetés, manque de place dans la cuisine et/ou mauvaises conditions de stockage.  

Pourquoi le gaspillage est un réel problème éthique et social ?

Aujourd’hui dans le monde, près de 795 millions de personnes souffrent de malnutrition, c’est près de 1 personne sur 9. Par comparaison, si nous parvenions à sauver le gaspillage alimentaire à l’échelle mondiale, nous pourrions nourrir 1 milliard de personnes supplémentaires, donc toutes les personnes souffrant de malnutrition.

Par ailleurs, le coût social du gaspillage alimentaire prend en compte les soins de santé et l’insécurité alimentaire résultante de l’augmentation des prix des aliments.

Quels sont les impacts du gaspillage alimentaire ?

Les impacts économiques du gaspillage alimentaire

Selon la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), le gaspillage de produits agricoles représente près de 750 milliards de dollars par an à l’échelle mondiale. À titre de comparaison, c’est ⅓ du PIB de la France. D’après l’ADEME, chaque année, on estime qu’un Français perd en moyenne 240€ de courses par an à cause du gaspillage alimentaire. 

Ce coût silencieux du gaspillage n’est d’ailleurs pas anodin, les différents acteurs participant à la chaîne de production tendent ainsi à reporter le coût économique du gaspillage dans le prix de vente des aliments mais également dans les taxes ou redevances publiques (gestion des déchets notamment).

Les impacts écologiques du gaspillage alimentaire

Souvent oubliées, l’ensemble des aliments que nous consommons requiert l’utilisation de nombreuses ressources pour leur production. 

  • Les ressources en eau 

Les aliments gaspillés dans le monde ont eu besoin de 250 km3 d’eau qui est, de fait, perdue, pour rien. 

À titre d’illustration, 1kg de viande rouge — prenons le bœuf par exemple — a besoin de 70 baignoires pleines soit 15 000 litres d’eau avant d’arriver dans notre assiette.

  • La consommation d’énergie  

Dans les champs, durant les transports, pendant la durée du stockage, puis lors du traitement des déchets, le gaspillage alimentaire émet du gaz à effet de serre. D’ailleurs, on estime que si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le 3e plus grand émetteur de gaz à effet de serre.

Les grands principes pour éviter le gaspillage

Éviter le gaspillage avant les courses 

Avant de prendre le chemin de son magasin, il est important de faire le point : 

  • Quels aliments as-tu à disposition dans les placards, le frigo, le congélateur ?
  • Quels sont ceux que tu dois consommer rapidement ?
  • Quels sont les menus prévus pour cette semaine ?

Savoir composer avec les fins de placard et une bonne gestion des menus de la semaine permettent de réduire considérablement le gaspillage alimentaire. Comment ? En achetant uniquement ce dont tu as besoin. 

Éviter le gaspillage pendant les courses 

Si les tentations sont nombreuses en arpentant les rayons du magasin, voici quelques conseils à mettre en place : 

  • Rester fidèle à sa liste de courses. On évite donc de faire les courses le ventre vide par exemple. 
  • Regarder les dates de péremption et les comprendre ! Si une distinction entre DLC et DLUO est rarement faite (et connue) par les consommateurs, elle permet pourtant d’éviter de jeter des aliments encore consommables.

Le DLC signifie Date Limite de Consommation et prend la forme de “à consommer avant le”. Après cette date, des germes peuvent se développer et présenter un risque pour la santé. 

Le DLUO signifie Date Limite d’Utilisation Optimale et prend la forme de “à consommer de préférence avant le”. Passé cette date, l’aliment peut encore être consommé sans risque pour la santé, il perdra seulement en goût et en apport nutritionnel.  

Éviter le gaspillage après les courses  

  • Avoir une méthode de rangement qui permet de savoir quels aliments sont à consommer en priorité. À ce titre, on te conseille ton frigo une fois par mois : les aliments qui doivent être mangés en priorité sont visibles en premier.
  • Préparer en avance ses repas (grâce au batch cooking) en alternant les nouveaux plats avec les restes d’autres préparations. 

Éviter le gaspillage tout le temps  

  • Jeter ses déchets organiques dans un compost afin de les valoriser. Même en ville, c’est possible : avoir un bac à aller jeter dans un compost collectif près de chez toi ou bien investir dans un petit compost d’intérieur ou à placer sur le rebord de fenêtre. 
  • Au bureau, lors d’un déplacement ou pour un événement, prendre l’habitude de ramener ses restes dans un doggy bag pour les consommer chez soi. Et hop, deux repas pour le prix d’un !
  • Prendre l’habitude de cuisiner les fruits ou légumes abîmés ou trop mûrs : compote, confiture, smoothie, glace, soupe ou encore sauce.
  • Sauver des paniers de produits en fin de vie avec les applications Too Good To Go ou encore Phenix : des produits en fin de vie vendus à prix (très) réduits dans les magasins près de chez toi. 

Plus de conseils dans nos guides pour en finir avec le gaspillage alimentaire ou pour faire ton compost !