Le Mag

Quelles sont les espèces à protéger en 2022 ?

Menacés d'extinction
Les espèces sauvages menacées
Éléphant de Sumatra dans le Parc national du Gunung Leseur (Indonésie) © WWF

La biodiversité est essentielle à l’équilibre de notre planète. Les variations des populations d’espèces et plus généralement la perte du vivant sont des indicateurs déterminants de l’état de santé de notre planète. On constate aujourd’hui un bouleversement de cet équilibre dû à l’accélération du rythme de disparition des animaux et des végétaux. 

C’est pourquoi l’équipe WAG s’est dit que ça ne ferait pas de mal de dresser un petit état des lieux des espèces menacées. L’enjeu ? Prioriser, mettre en place des actions sur le terrain, mobiliser les humains, alerter les politiques sur l’urgence et inciter un changement positif. 

Il est encore temps d’agir ✊

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et son comité français.

Parler d’espèces menacées, c’est tenter de mesurer le nombre de dangers et d’extinctions d’animaux et végétaux. A cet effet, la liste rouge de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature fait autorité sur l’état de la biodiversité. Créé en 1964, cet indicateur est devenu la source d’information mondiale la plus complète et compréhensive sur la base d’une liste de critères pour évaluer le risque d’extinction des espèces. 

Chaque année, l’UICN dresse cette liste rouge. En 2021, sur 142 577 espèces étudiées, 40 084 sont menacées. 

Depuis 1970, on compte en moyenne la disparition de près de 70 % des populations de mammifères, d’oiseaux, de poissons, d’amphibiens et de reptiles, étudiées dans le cadre du Rapport Planète Vivante du WWF. Le rythme de menace et de disparition est 100 fois supérieur au rythme normal de disparition des vertébrés enregistré au cours des deux derniers millions d’années. 

Dans le monde, c’est une espèce de mammifère sur quatre, un oiseau sur sept, un amphibien sur trois et un tiers des espèces de conifères qui sont menacés d’extinction. En bref, une espèce sur trois est menacée d’extinction. 

Parmi elles, plus de 8722 espèces sont reconnues comme « en danger critique » et 897 sont désormais totalement éteintes. Cela comprend aussi les végétaux ! 1 arbre sur 3 serait menacé d’extinction selon l’étude menée par le Botanic Gardens Conservation International (BGCI).  

Note sucrée : la France est à la 10e place des pays avec le plus d’espèces menacées (animaux et végétaux).

Protéger les espèces menacées

Pour étudier les listes complètes des espèces menacées — soit 142 577 espèces — on vous invite à éplucher le site de l’UICN : espèces proches de la menace, espèces vulnérables, espèces en danger, espèces éteintes dans la nature, espèces totalement éteintes. 

Côté action, le WWF œuvre à la conservation d’une cinquantaine d’espèces menacées sur tous les continents.

Découvrez la liste des espèces prioritaires et les projets du WWF pour les préserver en cliquant ici.

Quelques exemples de projets menés par le WWF :

  • Doubler la population mondiale de tigres : c’est sans doute la stratégie de restauration la plus ambitieuse jamais entreprise pour une seule espèce. En 2010, alors que le nombre de tigres est au plus bas, les gouvernements des 13 pays qui abritent encore le félin s’engagent à multiplier sa population par deux d’ici 2022.
  • Lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages : le WWF et TRAFFIC ont lancé une initiative de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages – la Wildlife Crime Initiative (WCI) – pour réduire durablement notamment le braconnage et le commerce illégal, à un point où les activités illégales ne menaceront plus les espèces sauvages.
  • Favoriser la cohabitation loup/pastoralisme : le WWF est convaincu que la meilleure façon de protéger les populations de loup est d’aider et accompagner le travail des éleveurs confrontés à la prédation. Dans le cadre du projet “Entre chien et loup”, avec l’aide de bénévoles, nous déployons différentes actions en ce sens.

On ne le rappellera jamais assez, mais la perte d’une espèce, c’est le bouleversement de tout un écosystème : chaque espèce participe à l’équilibre de la biodiversité et à la chaîne alimentaire. Chaque espèce, animale ou végétale, n’est pas là par hasard : elle œuvre à l’équilibre de son écosystème. 

Depuis 1500 ans, les extinctions avaient lieu sur les îles océaniques. Depuis 20 ans, la moitié s’est produite sur les continents, en particulier les régions forestières, tropicales et subtropicales comme le Mexique, le Brésil, l’Australie, l’Indonésie et la Chine. 

Pourquoi certaines espèces sont menacées d’extinction ? 

En un peu plus d’un siècle, la surface de la Terre s’est réchauffée de 1,1 % entraînant des changements drastiques et non naturels des écosystèmes : fonte des glaces, déplacement des populations, hausse des températures, sécheresse, acidification des océans. Alimentées par les activités humaines et le recours aux gaz à effet de serre, les conditions de vie sur Terre ne sont plus idéales pour un certain nombre d’espèces. En 20 ans, le taux d’espèces menacées a été multiplié par 5. 

Le réchauffement climatique n’est toutefois pas le seul danger. 

Les menaces qui pèsent sur la faune et la flore

Les conflits Hommes/Animal

Aujourd’hui, c’est la destruction de leurs habitats qui constitue une menace majeure pour la survie de ces espèces. L’Homme étend progressivement les limites des villes et des villages, dégradant de fait, forêts et espaces verts où vivent une multitude d’espèces différentes. Ces dernières doivent fuir, à la recherche de nourriture. Chassées si elles s’approchent trop près des hommes ou incapables de retrouver un environnement propice à leur mode de vie, beaucoup d’entre elles s’éteignent. D’autres rejoignent les déplacements des humains : des espèces étrangères, invasives qui dégraderont leurs écosystèmes d’adoption.

Le braconnage

Le commerce illégal des espèces sauvages est le quatrième trafic international le plus lucratif derrière la drogue, la contrefaçon et la traite d’êtres humains. Chaque année, c’est entre 7 et 23 milliards de dollars qui sont générés par le trafic et le braconnage. Et plus les espèces deviennent rares, plus leurs produits dérivés deviennent convoités par les braconniers. Les 25 000 éléphants d’Afrique tués chaque année pour leur ivoire peuvent en témoigner… 

La déforestation

La destruction des forêts au profit de l’agriculture, du charbon, du bois, de l’exploitation minière entraîne des conséquences catastrophiques pour la biodiversité. Chaque année, 6,5 millions d’hectares de forêt disparaissent, soit 17 terrains de football par minute. Au Congo, la déforestation des forêts tropicales mène à l’extinction du bonobo. En Australie, les koalas sont désormais inscrits sur la liste des espèces en voie d’extinction à cause notamment des incidents ravageurs et d’une mauvaise gestion des forêts. 

La sixième extinction de masse

Chaque année, c’est plus de 26 000 espèces animales et végétales qui s’éteignent. La sixième extinction de masse est enclenchée. 

Le terme est tiré de l’ouvrage de la journaliste Elisabeth Kolbert La Sixième Extinction : comment l’Homme détruit la vie publié en 2014 et gagnant du Prix Pultizer l’année suivante. On parle de « sixième extinction de masse » pour désigner la disparition mondiale de 15 à 37 % de la biodiversité d’ici à 2050 sous le seul effet du réchauffement climatique.

Et pour aller plus loin, on vous propose une réflexion philosophique autour de l’extinction. D’après les travaux de recherche publiés par Trends & Ecology le 15 février 2022, on pourrait imaginer l’existence d’une seconde extinction d’une espèce : l’extinction sociétale, à savoir, la disparition des mémoires. 

Alors on se doute bien, il n’est pas évident de savoir comment agir quand les extinctions s’opèrent à des milliers de kilomètres, mais rappelons que la France se place à la 10e position du nombre d’espèces menacées. 

Protéger la biodiversité, ça passe aussi par chacun d’entre nous :

  • ne pas dégrader les espaces naturels,
  • cohabiter si c’est possible avec les animaux qui habitent votre jardin,
  • éviter le recours à des substances néfastes pour l’environnement (comme les pesticides par exemple),
  • apprendre à reconnaître les différentes espèces d’oiseaux et d’arbres que vous croisez quotidiennement. 

Nous pouvons construire un monde en harmonie avec la nature et le monde animal 🌍