Le Mag

Eau en bouteille vs eau du robinet

La bataille de l'eau
Eau en bouteille vs eau du robinet

Les pays développés ont acquis un bien rare : l’eau potable… qui arrive directement au robinet. Pourtant, la France se place comme le cinquième consommateur mondial d’eau en bouteille 47% des Français déclarent ainsi en boire quotidiennement.

Chaque année, près de 9,3 milliards de litres sont produits dans l’Hexagone. Une production qui coûte cher à la planète. Selon la société française de tri Recygo, on estime que pour un litre embouteillée, il faudrait mobiliser en moyenne 100 ml de pétrole, 80 g de charbon, 42 l de gaz et… 2 l d’eau. Mais alors pourquoi les Français s’obstinent-ils à acheter des bouteilles alors qu’elle est disponible et ne coûte quasiment rien à notre robinet ? 

Une méfiance liée à la qualité

Pour beaucoup de Français (39%), le désamour du robinet se loge dans sa qualité : c’est une eau nettoyée qui circule en continu dans des tuyaux et perd en éléments nutritifs. Pourtant, il s’agit justement et certainement l’aliment le plus contrôlé en France. Un ensemble de limites et de seuils veille à distribuer une eau qui respecte les qualités réglementaires en matière de pesticides, de microbiologies ou encore de nitrates. Ainsi, selon l’UFC-Que Choisir, une surveillance et des contrôles récurrents s’assurent qu’elle respecte bien 54 paramètres stricts de qualité. Par ailleurs, et fait peu connu, près de ⅔ de celle-ci est en réalité de l’eau de source. L’association UFC-Que Choisir propose une carte interactive permettant de mesurer la qualité dans sa commune. 

L’eau en bouteille : plus pratique et meilleur goût

43% des Français préfèrent opter pour les bouteilles, plus faciles à transporter que l’eau du robinet lors de leurs déplacements. Pour plus de la majorité de celles et ceux qui ne boivent pas au robinet, l’une des raisons principales réside dans son goût : elle conserve parfois des effluves de chlore. À l’inverse, l’eau en bouteille serait pour un grand nombre de Français “plus pure” et meilleure en saveur. Néanmoins, celle distribuée dans des bouteilles en plastique – si elle a “meilleur goût” – n’est pour autant pas blanche comme neige. Selon l’enquête menée par l’association Agir, près de 78% des eaux en bouteille analysées sont contaminées par des microplastiques (sur la base d’une analyse de neuf bouteilles provenant des marques Badoit, Carrefour, Cristalline, Evian, Perrier, Vittel et Volvic). Et la mesure des microplastiques n’existe pas dans la réglementation et le contrôle de l’eau ! 

Quel impact écologique ?

Nécessitant moins de transformations et de transports, l’eau du robinet apparaît comme étant plus écologique. À noter toutefois que les tuyaux permettant son acheminement (longs et anciens) conduisent à perdre l’équivalent de 270 000 piscines olympiques selon Novethic.

À l’inverse, l’eau embouteillée nécessite près de 300 kilomètres de transport pour arriver chez soi et seulement une bouteille sur deux serait convenablement recyclée.

Conclusion : l’empreinte écologique de l’eau en bouteille est 450 fois supérieure à celle du robinet. 

 

Si les Français sont de plus en plus nombreux à abandonner les bouteilles pour se tourner vers le robinet, nos efforts sont à poursuivre pour réduire encore davantage (à notre niveau) l’impact écologique lié à la consommation d’eau en bouteille : acheter une gourde, investir dans une bonne carafe à la maison, etc.

Pour apprendre à mieux gérer ta consommation au quotidien, rendez-vous sur notre Guide !