Le Mag

Le poids de l’assiette sur la planète

Quel est l'impact de l'alimentation sur l'environnement ?
Alimentation : quel impact sur l'environnement ?

On le fait 3 fois par jour. Machinalement. Par habitude. Pourtant, manger n’est pas un acte si anodin, avec des impacts et conséquences sur l’environnement et le vivant qui sont importants. Sachant que les besoins alimentaires sont amenés à doubler d’ici 2050 avec l’augmentation démographique, se nourrir de manière durable est un enjeu d’autant plus plus crucial.

Quel est l’impact de l’alimentation sur l’environnement ?

L’alimentation représente ¼ de l’empreinte carbone des Français : c’est autant que le transport et le logement. Et parce qu’on oublie souvent qu’avant d’arriver dans nos assiettes, nos produits ont une première vie (cultivé, transporté, manipulé, emballé, etc.), de réels changements apparaissent nécessaires sur l’ensemble de la chaîne alimentaire. Nos systèmes de production, nos habitudes alimentaires, mais aussi la fin de vie des produits (gaspillage), sont à revoir !

Un système alimentaire à bout de souffle

Dans son 6e rapport publié cette année, le GIEC — groupe d’experts international sur l’évolution du climat – alarme sur les changements majeurs qui conduiront à une adaptation de nos pratiques alimentaires. Pour n’en citer que quelques-uns :

  • Jusqu’à ⅓ des zones exploitées aujourd’hui pour la production alimentaire seront inadaptées d’ici 2100. 
  • La disponibilité alimentaire (famine) et la qualité nutritionnelle (malnutrition) seront des enjeux majeurs : jusqu’à 80 millions de personnes pourraient être concernés dans le pire des scénarios. 
  • Le changement climatique pourrait entraîner un stress thermique chez les êtres vivants, qui pourront ainsi conduire à un dysfonctionnement de fonctions vitales chez l’animal, l’Homme ou la plante et à des mauvaises récoltes.
  • Un risque lié à la sécurité alimentaire avec la propagation d’agents pathogènes d’origine végétale et animale.

Revoir les modes de production

On le sait : nos systèmes alimentaires dans leur ensemble sont sources de pollutions. L’agriculture occupe 54% du territoire et génère 20% des émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, c’est bien la production agricole qui a le plus d’impacts sur le climat comme sur la biodiversité, puisqu’elle représente 2/3 de l’empreinte carbone de l’alimentation en France, et en particulier l’élevage. En effet, les surfaces agricoles sont principalement dédiées à l’élevage ; la production de viande, de lait et d’oeufs est donc en grande partie responsable de ces impacts.

Mais quelles sont les réelles conséquences sur l’environnement ? Dégradation des sols et des réserves en eau (70 % de la consommation mondiale d’eau douce), forte consommation d’énergie, menace de la biodiversité (75 % des réserves mondiales de poissons menacées), etc.

Les solutions :

  • Favoriser l’agroécologie pour préserver les ressources naturelles.
  • Adapter les modes de production aux contraintes locales (climat, qualité du sol, etc.).
  • Anticiper l’impact des étapes qui suivent la production : logistique, transport, transformation, conditionnement, distribution, consommation.

Changer nos pratiques alimentaires

80 % de la surface agricole nécessaire à nourrir la population française est dédiée à la production de viande et de produits laitiers. Et cela amène également la destruction de forêts pour faire plus de place aux cultures destinées à l’élevage. Depuis 1990, notre système alimentaire a déforesté près de 6,5 fois la taille de la France. Il s’agit non seulement d’une perte de biodiversité, mais aussi d’une pollution importante avec des émissions effrénées. Dans le monde, 80 millions de nos aliments sont transformés par l’industrie agroalimentaire : épluchés, nettoyés, coupés, préparés, surgelés, emballés. Ces manipulations requièrent une grande consommation en énergie, en eau ou en transport. À titre d’exemple, dans les grandes surfaces alimentaires, la réfrigération représente à elle seule 40 % des consommations d’énergie.

Les solutions :

  • Faire converger les problématiques de santé et d’environnement
  • Trouver un équilibre entre alimentation animale et végétale
  • Privilégier les produits locaux, de saison et non transformés

En finir avec le gaspillage alimentaire

Selon le WWF, 30% des superficies agricoles du monde servent chaque année à produire de la nourriture perdue ou gaspillée, soit ⅓ de la production mondiale ! Une statistique d’autant plus difficile à accepter quand on sait qu’une personne sur six dans le monde souffre de malnutrition. Mais surtout, le gaspillage alimentaire se cache derrière chaque étape de production : récolte, transformation, distribution, restauration et consommation à domicile.

Les solutions :

  • Donner une chance aux produits en fin de vie ou “moches” dans les commerces de proximité
  • Inventorier les placards pour éviter le gaspillage et cuisiner en priorité les produits bientôt périmés
  • Faire preuve d’imagination en transformer ses restes en nouveaux plats, en mutualisant les ingrédients pour plusieurs recettes…

Comment agir ?

Rendez-vous dans nos guides Food pour trouver plein d’idées !