fbpx

Comment on a éco-conçu notre site web

On pense souvent à son impact écologique sur la planète. Et nous sommes prêts à parier que vous y faites attention, sinon vous ne seriez pas sur cette page ☺ Mais à quoi bon chercher des solutions sur le net sans faire attention à son impact numérique ? Vous vous posez ce genre de question ? Vous êtes sur la bonne page et par la même occasion sur le bon site.

PAF PAF PAF ! Mais c’est quoi l’impact numérique d’un site ?

L’impact numérique se situe à différents niveaux. D’abord il y a les terminaux dont la composition (terre rares et minerais) les rend difficilement recyclables : PAF un impact ! Puis il y a les serveurs d’hébergement, plus une page est complexe, plus elle est lourde, plus elle demande de ressources énergétiques au terminal pour l’afficher : PAF un impact ! Et enfin, plus il y a de pages lourdes, plus les terminaux travaillent, plus vite ils deviennent obsolètes et doivent être remplacés par des terminaux plus performants : PAF encore un impact !

DES CHIFFRES QUI FONT AÏE

Avec l’augmentation massive de notre usage collectif, l’empreinte numérique de l’humanité aura triplé entre 2010 et 2025. L’humanité a produit 7,178 Milliards de smartphones entre 2007 – date de la sortie du premier iPhone – et 2017. En 2019, l’empreinte environnementale du numérique à l’échelle planétaire a atteint la consommation annuelle d’un pays de 2 à 3 fois la taille de la France.

LÀ ON PEUT DIRE QUE C’ÉTAIT MIEUX AVANT

Pourtant, il y a quelques années, on savait encore faire sobre. Saviez-vous que l’ordinateur de bord d’Apollo 11 qui a permis à Neil Armstrong de marcher sur la Lune avait une mémoire totale de 72ko. Seulement 72ko pour décrocher la Lune ?! C’est 26 fois moins de données que la moyenne actuelle nécessaire à l’affichage d’une seule page web par un utilisateur (1900 ko). Comme quoi avec peu on peut faire beaucoup 😉

ET VOUS VOILÀ DONC SUR UN SITE ÉCO-CONÇU

Qui dit conception ne dit pas immaculée conception ! Pour concevoir ce site, voici les grandes lignes qui nous ont guidées afin d’allier écologie, utilité et esthétique :

Bonne pratique n°1 : interface et pages simples, allégées en images

Pour commencer, nous avons fait le choix de fortement limiter les images (ce qui pèse le plus lourd) et même de supprimer les images de la page d’accueil et de l’interface de navigation. Ainsi, un article avec une image sur WAG pèse “seulement” 350ko contre 1900ko en moyenne sur le web. L’interface de notre site, même si elle est très visuelle et colorée, repose finalement sur des codes graphiques simples : de la typographie, des couleurs … mais pas d’images. Et les motifs graphiques sont directement intégrés dans le code pour accélérer leur chargement.
L’économie d’énergie avec une optimisation du poids des pages est bon pour la planète mais aussi très bénéfique pour notre utilisation : cela permet de proposer un site qui se charge très rapidement et qui est accessible même quand le réseau est faible, encombré, ou que notre ordinateur ou mobile ne date pas d’hier.

Bonne pratique n°2 : un hébergeur vert

Nous avons sélectionné un hébergeur « vert », reconnu pour une alimentation de ses serveurs à 100% en énergies renouvelables et un refroidissement sans climatisation (par air extérieur).

Bonne pratique n°3 : une bonne dose de choix techniques

Nous avons créé un template léger dont les fichiers sont compressés et minifiés, c’est-à-dire avec une taille de code réduit. Le site Internet est mis en cache, ainsi les pages sont préparées à l’avance et prêtes pour l’affichage dès qu’un utilisateur consulte le site. Les animations ont été évitées car même si elles peuvent être légères, les équipements les moins récents auront du mal à les jouer de manière fluide. Pour les plus curieux d’entre vous, nous nous sommes basés sur la liste exhaustive des bonnes pratiques d’éco-conception pour weactforgood.com (liste diffusée par le Collectif Conception Numérique Responsable).

Et si le sujet vous intéresse…

Voici des liens intéressants pour poursuivre et vous informer sur ce sujet passionnant :

  • L’Institut du Numérique Responsable propose une page de ressources et outils d’évaluation pour l’éco-conception d’un site Internet (ici).
  • Le Collectif Conception Numérique Responsable, regroupement d’experts autour d’une conception responsable des services numériques. Ils sont à l’origine du référentiel des 115 bonnes pratiques d’éco-conception.
  • Le site greenit.fr avec plein d’articles sur l’impact environnemental du numérique
  • L’association Halte à l’obsolescence programmée, qui se mobilise notamment pour allonger la durée de vie de nos équipements électroniques (le nerf de la guerre).
  • De nombreux livres pourront alimenter votre réflexion autour de ce sujet comme Sobriété numérique de Frédéric Bordage, L’âge des low tech de Philippe Bihouix ou encore World Wide Waste: How Digital Is Killing Our Planet – And What We Can Do About It de Gerry McGovern.

Voilà, vous savez tout ! Une dernière chose pas forcément valable que sur notre site, ne laissez pas vos onglets de navigation ouverts, ça consomme pour rien. Veillez à mettre dans votre barre de favoris les sites que vous consultez le plus, ça permettra de diminuer le nombre de clics pour y accéder et votre impact.