Ciao, bye bye !

Ce que j’ai découvert en arrêtant la voiture.
©Tyler Nix

Changer d’habitude c’est d’abord une affaire de choix.  En choisissant de changer de mode de transport je ne savais pas ce qu’il m’attendait. Bien sûr j’avais choisi d’être plus responsable et respectueuse de l’environnement, j’avais lu des articles sur les impacts négatifs de l’usage de la voiture, mais entre la théorie et la pratique ce n’est pas toujours évident de faire le premier pas. Le premier pas justement je l’ai fait en me rendant à un rendez-vous professionnel à vélo. Et, en chemin, la première chose que j’ai découverte c’est qu’en voiture j’étais très énervée, limite vulgaire : « avance hey gros ****** ». Bien casquée et équipée d’un vélo traditionnel à une vitesse, j’avais prévu de partir à l’avance pour ne pas arriver transpirante et décoiffée. Me voilà donc pédalant, le nez au vent. Petit moment de bonheur, je me sens libre, j’arrive même en avance, détendue, concentrée et mon rendez-vous s’est très bien passé. Alors, ni une, ni deux désormais si mes rendez-vous se situent dans un rayon de 6 kilomètres autour de mon bureau je prends mon vélo, sinon je prends le métro. 

Faire du vélo et découvrir que je peux consommer autrement. 

Une autre chose que j’ai découvert à vélo, c’est que grâce à lui je ne fais plus mes courses comme avant. Je fais attention à ne pas trop acheter car il faudra bien que je puisse rentrer avec mes tous mes paquets. Cela peut peut-être surprendre, mais à vélo, je fais plus attention à ce que j’achète en quantité mais aussi en qualité. J’ai laissé tomber les grandes surfaces pour les marchés et les petits magasins de producteurs … grâce au vélo !

J’ai aussi découvert que laisser tomber la voiture c’est sortir d’une routine et porter attention à la météo. Quand il fait beau allez hop à vélo, quand il pleut, j’emprunte les transports en commun. Ainsi, je vis au rythme de la météo et des saisons.

©Fabrizio Verrecchia

Le bus , le métro et ces étonnants voyageurs. 

De plus, j’avais un avis très noir sur les bus et les métros : rarement à l’heure, souvent en grève, toujours bondés. Et là aussi j’ai été surprise. Bien sûr il y a parfois des mauvaises odeurs, des gens pas cool mais il ne faut pas en faire une généralité. Prendre le bus ou le métro cela peut-être un voyage dans le voyage. Je me suis remise à lire. Je me suis remise à observer les voyageurs, à leur imaginer une vie. Prendre le métro a boosté mon imagination. C’est peut-être un détail pour vous mais pour moi c’est comme si quand j’étais en voiture j’étais coupée du monde. Voici une autre découverte : les transports en commun peuvent être un lieu rencontre, attention je ne parle pas de rencontres amoureuses, mais de rencontres humaines, réelles. Il y a l’inconnue qui lit le même livre que vous avec laquelle vous échangez quelques mots. Il y a cette amie perdue de vue que vous rencontrez sur la ligne 2. Ou ce collègue avec qui vous prenez le temps d’échanger sur tout et rien, et surtout pas sur le travail. Et cette voisine avec qui vous parlez d’autre chose que de la sortie des poubelles.

Le vent dans les cheveux et la liberté retrouvée.

Le vélo et les transports en commun m’ont donné une nouvelle énergie, je bouge plus, une nouvelle sensation de liberté, je pense plus et le sentiment d’étouffer moins en ville en prenant le temps d’observer la petite nature urbaine. 

Une dernière chose : j’ai laissé tomber mon GPS pour un plan à l’ancienne. Et j’ai découvert que c’est en se trompant de chemin qu’on trouve de petits trésors. Je n’ai pas l’impression de perdre du temps mais de l’utiliser autrement. 

Et vous qu’avez-vous découvert à vélo ou dans les transports en commun ?