À bicyclette !

« Quand on partait de bon matin, Quand on partait sur les chemins, À bicycleeeeeette ! » 
©Library of congress

Le vélo est un véritable emblème des mobilités douces, en même temps qu’un enjeu de santé publique. Même si les villes ont vu l’avènement de voitures partagées, de trottinettes électriques en free floating, et que les campagnes se sont peuplées de bornes de recharge, la bicyclette, inventée il y a plus de 200 ans et largement popularisée pendant la première moitié du XXème siècle (le premier Tour de France a lieu en 1903), a de nouveau le vent en poupe.

Le vélo est le mode de déplacement le plus économe en énergie, au moins deux fois plus efficace que la marche, et quatre fois plus rapide ! On ne parle pas de la voiture ni de l’avion qui sont loin derrière en terme d’efficacité… On estime qu’il existe plus d’un milliard de bicyclettes sur la planète, ce qui fait du vélo le moyen de transport le plus utilisé au monde. Sa part modale pourrait atteindre les 24% en Île de France (étude DGE 2020), avec un objectif national affiché de 12% en 2030. On en est encore loin, mais c’est clairement une des plus réjouissantes priorités nationales !

Le Vélo à Assistance Électrique (VAE)

C’est la tendance lourde du marché, avec bientôt 50% en valeur des ventes annuelles de bicyclettes en France, qui flirtent avec les 400 000 unités (388 100 en 2019 selon l’Observatoire Sport et Cycles) contre 15 000 en 2008… Une explosion qui se voit partout, que ce soit en ville ou à la campagne, avec un effet « multi générationnel » : le VAE donne accès au vélo à des pans entiers de nouveaux pratiquants. Top pour les familles, pour les plus âgés, et pour faciliter et fluidifier la pratique en général.

Vélotaf

©Max Bender

Le vélotaf

Bien équipés, les adeptes du vélotaf, qu’ils soient urbains ou ruraux, se rendent au travail en pédalant. En 2015, 2% des actifs ayant un emploi s’y rendaient en vélo (chiffre INSEE). Ils se distinguent du cycliste loisir par un équipement robuste et tous temps, car le vélotafeur ne choisit pas sa sortie en fonction de la météo, et ne peut pas toujours délaisser sa monture, même si beaucoup alternent les modes de transport (avec la possibilité de covoiturer par exemple quand les cieux sont vraiment trop déchaînés). Les avantages sont nombreux et évidents : moins de stress, pas d’embouteillages, facile à garer, bon pour la santé… En plus avec un peu d’entraînement, on roule plus vite en moyenne à vélo qu’en voiture (15km/h en ville).

©Kiffy

Vélo kids/cargo

« Oui mais si on a des enfants ? » On voit aussi de plus en plus de ces vélos à l’arrière rallongé (les «long tail» en anglais), avec deux voire trois enfants sur le porte bagage arrière. Une autre solution, plus volumineuse et peut être moins pratique en ville, les vélo cargo permettent de déplacer des charges (grosses courses, enfants, fournitures pour le travail, armoire normande…) très efficacement, pour un coût carbone imbattable. 

Vélo urbain : la fin de la propriété?

Les services de location de vélo Vélib’ et Vélov (pour ne citer qu’eux) ont littéralement fait exploser la pratique du vélo à Paris et à Lyon : les déplacements à vélo ont plus que doublé à Paris entre 2001 et 2010 ! Ce type de service rajoute une alternative simple et économique aux traditionnels métros, trams et bus. En 2016, année record, près de 40 millions de trajets à Vélib’ avaient été comptabilisés, et le développement des vélos en «free floating» ou en stations est encore en plein essor, avec de nombreux services qui viennent ajouter des options et convertir de nouveaux adeptes.

Vacances à vélo, nouveaux usages

La crise du Covid, en encourageant les vacances plus locales, a vu exploser le nombre de séjours « vélo ». Qu’on parte de chez soi en itinérance ou qu’on rayonne autour d’un hébergement, le vélo est en même temps moyen de transport et fenêtre sur la nature, le but et le moyen.

Parmi les nouveaux usages, on note également le vélo-ski, une autre approche du dernier kilomètre. Car si en montagne c’est souvent celui qu’on a du mal à ne pas faire en voiture (voir notre actu du mois passé « Skier plus vert »), les nouvelles machines à gros pneus et moteur électrique permettent d’atteindre la neige sans plomber son bilan carbone. Un bon cadenas, un arbre, et on part en rando pour rentrer à vélo !

Enfin pour les nostalgiques et autres amoureux des plans d’eau, il reste encore le pédalo !

Pour aller plus loin : 

Adhérer à la Fédération des Usagers de la Bicyclette ou à l’une de ses antennes locales.